Kolędy – chants de Noël

Le mot « kolęda » vient du latin « calendae » ce qui signifie le premier jour du mois. A l’origine le chant « kolęda » est lié avec le Nouvel An. Sous les fenêtres des maîtres les chanteurs expriment des vœux de prospérité, de bonne récolte et en retour ils reçoivent des cadeaux, des dons. Ce phénomène est connu surtout dans les pays slaves et particulièrement en Ukraine.
Il est difficile de préciser l’époque où l’on commence à associer « kolęda » avec les fêtes de Noël. Ce changement se produit probablement en XIXème siècle.
Déjà en XVI « kolęda » (chant de Noël) se distingue des autres chants en abordant des thèmes de la bible et en prenant modèle des hymnes religieux . De cette époque vient le chant de Noël « Anioł pasterzom mówil ».
Nous supposons que les chants de Noël polonais viennent du milieu franciscain. En XIIIème siècle ils présentent les coutumes appelées « jaselka » devant la crèche de Bethléem avec la Sainte Famille, enfant Jésus, les Rois Mages et bergers. A ce moment là se déroulent des mises en scène théâtrales accompagnées de chants. Ce sont des berceuses pleines de chaleur de tendresse. Ce genre de chants se développe principalement au XVIIème siècle. Nous gardons dans nos répertoires des chants de cette période : « Gdy śliczna Panna Syna kołysala », « Lulajże Jezuniu ».

Au XVII siècle les chants de Noël s’enrichissent aux thèmes pastoraux en impliquant dans les textes des éléments des coutumes et de la réalité de l’époque. Nous lui devons « Dzisiaj w Betlejem », « Przybieżeli do Betlejem pasterze», „Bóg sie rodzi”.
Actuellement nous disposons d’une variété énorme des chants de Noël. Ce sont des berceuses, chants d’adoration, patriotiques. La forme musicale des chants s’adapte aux tendances actuelles d’où leur popularité et leur force universelle. Nous reconnaîtrons facilement les rythmes de polonaise, mazurka, oberek, marche, blues ou rock.
Nous ne pouvons pas définir les origines de leurs auteurs ; ce sont soit les pèlerins anonymes, soit les traductions du latin ou d’autres langues. En Pologne la « kolęda » est un phénomène culturel et à notre connaissance il y en a plus de 500 chants répertoriés.
Fryderyk Chopin s’incline devant les chants de Noël en intégrant dans son Scherzo h-moll des extraits du chant « Lulajże Jezuniu ».

Les chants de Noël font partie des moments forts du réveillon. En Pologne peut-être comme nulle part ailleurs ce jour-là a une symbolique particulière. La nuit du réveillon est la plus longue et la plus mystérieuse des nuits. Avec elle, sont liées de multiples coutumes.
Ce jour-là, il faut se lever très vite le matin afin de garder toute l’année une bonne forme physique et morale. Il ne faut pas s’allonger pendant la journée pour ne pas attirer les maladies et pour que le blé cet été ne soit pas couché dans les champs .Il ne faut également surtout pas emprunter de l’argent ce qui pourrait entraîner la perte de vos biens. Tous les travaux liés à la maison ou à la vie de la ferme devront être terminés avant midi, le reste de la journée sera passé à décorer la maison. Branches d’arbres, couronnes tressées avec de la paille, du foin, du blé.

L’ambiance solennelle est due non seulement à la décoration du sapin, la préparation des plats traditionnels qui ont été et qui restent toujours maigres, mais surtout le partage de « opłatek »(pain d’azyme) au début du repas. N’oublions pas mettre une nappe blanche et dessous un peu de foin symbolisant une crèche. Une place reste libre et un couvert en mémoire de ceux qui nous ont quitté ou éventuellement pour un voyageur égaré. Ce jour-là personne ne devrait rester seule. La tradition veut que dans tous les foyers polonais dès l’apparition de la première étoile dans le ciel, les membres de la famille se réunissent autour de la table. Juste avant, la famille fait une prière et partage oplatek (pain d’azyme blanc).

Le partage de « opłatek » fait partie intégrale de notre tradition polonaise. Ce geste simple et communicatif est chargé des symboles. Il signifie « d’être ensemble » Nous le partageons en signe de la fête familiale, de la conciliation. Nous souhaitons à nos proches l’abondance des biens et surtout qu’il ne nous manque pas au quotidien. Nous pensons aussi aux animaux domestiques on ajoutant dans leur nourriture « opłatek de couleur ». Pour les chrétiens il symbolise l’eucharistie.
Quand la Pologne dans son histoire a perdu son indépendance les Polonais ont trouvé le soutien et le refuge dans la vie de l’église catholique. C’était une période d’émigration imposée ou la déportation. Les familles ont été déchirées. A l’approches de fêtes de Noël à part des petits cadeaux elles envoyaient « opłatek » aux proches -symbole de l’union, de l’amitié et de la bienveillance. Aujourd’hui nous l’envoyons et partageons avec ceux qui sont loin de nous à qui nous souhaitons Joyeuses Fêtes de Noël.
Aujourd’hui ce symbole reste typiquement polonais.

Cyprian Kamil Norwid le précise

“Jest w moim Kraju zwyczaj, ze w dzien wigilijny,
Przy wejsciu pierwszej gwiazdy wieczornej na niebie,
Ludzie gniazda wspolnego lamia chleb biblijny,
Najtkliwsze przekazujac uczucia w tym chlebie”.

Après ce rituel chacun prend sa place autour de la table, les plus anciens s’assoient les premiers. Seulement la maîtresse de la maison a le droit de quitter la table pour servir ses hôtes. Selon les moyens des familles on sert les plats en nombres de sept, neuf ou douze. Tous préparés à la base de biens de la nature et pour la cuisson on utilise l’huile végétal. Il faut goûter un peu de tout. Après le repas c’est le temps de cadeaux et de chants de Noël en attendant « Pasterka » la messe de minuit. C’est le point central de toutes les cérémonies liées avec la naissance de Jésus. Les familles en complet se rendent à l’église en fredonnant des chants de Noël. Après le retour à la maison les plus courageux se mettent de nouveau à table en goûtant tous les délices, on bien se couchent en rêvant d’un repas copieux du lendemain comme la dinde, l’oie ou canard aux pommes. La journée du 25 décembre est une grande fête. Elle commence par la grande messe et ensuite la famille se réunit autour de la table bien garnie. La journée se passe à manger, à boire et à chanter. Le 26 décembre ( Swiety Szczepan ) est également férié en Pologne. Cette journée est réservée aux visites de la famille et des amis.

Wesołych Swiąt !

Aleksandra