égliseDans la région de Żywiec, toutes les églises, à l’exception des églises paroissiales de Żywiec et Radziechowy, ont été construites en bois. Au fil du temps, la plupart de ces vieilles églises en bois ont été démolies et reconstruites en briques. Cependant, certaines d’entre elles ont survécu jusqu’à ce jour. L’histoire des églises en bois de Łodygowice et Gilowice mérite d’être présentée. Entourées d’une clôture en bois, elles sont devenues noires avec le temps. Elles suscitent l’admiration et l’intérêt des connaisseurs et des touristes.

L’église en bois de Łodygowice existait déjà au milieu du XIIIe siècle. Elle est bâtie en rondins de mélèze, bois imputrescible, sur un tracé en croix, avec des chapelles dans le transept. Consacrée aux Saints Apôtres Simon et Jude Thaddée, elle est située au sommet d’une forte pente. On y accède depuis la vaste place par un escalier de cinquante-six marches datant de 1845.
Au cours des siècles l’église a subi de nombreuses modifications. En 1644 on a relié son clocher à la nef principale. En 1687 le chœur a été démoli et rebâti plus spacieux. La tour en bois érigée en 1797 est surmontée d’un dôme en forme de bulbe avec une lanterne. Au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles on a élargi la nef et ajouté des chapelles latérales.

À l’intérieur de l’église on trouve une riche collection d’art religieux de la fin de l’époque baroque. Parmi les objets les plus intéressants, un autel en bois doré avec un crucifix, des statues de Notre-Dame et Saint Jean l’Évangéliste ainsi que Adam et David. Dans les autels latéraux, des peintures s’offrent aux regards : ” L’adoration des Mages ” du XVIIe siècle, une peinture de Saint Stanislas et le tableau intitulé ” La Mort de Saint-Joseph ” œuvre d’Antoni Chrząstkiewicz (1841).

Lodygowice


Sur l’autel situé derrière le chœur, on peut voir une statue baroque du ” Christ soucieux “, et plusieurs peintures baroques, parmi lesquelles Notre-Dame des Douleurs, Notre-Dame de Częstochowa, Saint Antoine de Padoue, Sainte Barbara et la Flagellation du Christ (1833).

Parmi les œuvres d’art sacré citons les tableaux des Stations de la Croix datés de 1840, les confessionnaux baroques, le tabernacle en style rococo, les fonts baptismaux en bois ainsi que deux bénitiers baroques en pierre devant l’entrée principale.
En 1936 les paroissiens ont construit des remparts en pierre. Au-dessous, sur le côté droit de l’escalier menant à l’église, se dresse un obélisque en pierre commémorant les défenseurs de la Patrie des années 1939-1945, avec deux tableaux. L’un est dédié à la mémoire des soldats morts pendant la Première Guerre mondiale et l’autre aux victimes de l’occupation nazie. Juste à côté, les combattants ZHP (scouts) ont dressé une croix en bouleau avec une plaque commémorative dédiée « aux victimes de la période stalinienne ».

Aleksandra avec l’aide de Mik

Copyright photos: Stéphane Delrieu