Au cœur de la Pologne ….

S’il est une route que je connais bien, c’est bien celle-là. J’ai dû l’emprunter des centaines de fois depuis 1976 (mon premier voyage en Pologne). Elle relie Tarnów à Gorlice. À part la « Czarownica » (sorcière) de Ciężkowice que l’on aperçoit au bord de la route (mon beau père disait toujours : « Ah voilà la czarownica on n’est plus loin de la maison ! ») et les nombreux cimetières de la première guerre mondiale que l’on trouve dans presque tous les villages (bataille de Gorlice 1915 pour les spécialistes), je pensais qu’il n’y avait pas grand-chose d’intéressant dans ce coin là… mise à part la famille.

Quelle ne fut pas ma surprise, lorsque je préparais notre voyage de 2008, de trouver qu’il existe un itinéraire que l’on nomme « La ville en pierre et les dentelles »  et que la région mérite que l’on s’y attarde un peu plus.

Il faut dire que la voïvodie de Petite Pologne (Małopolska) a fait un effort très important pour signaler les monuments, les églises et tout ce qui peut avoir un attrait touristique dans toute la voïvodie.
Wierzbanowa… 8 heures, petit déjeuner. Le dziadek vient nous voir à table et veut absolument que nous allions prendre un bain dans la piscine de la pension Anna. J’ai beau lui dire que nous n’avons pas le temps, qu’on part pour Tarnów et ce n’est pas la porte à côté… il insiste : « Pas le temps ? mais vous êtes en vacances ou quoi ? ». Bon, je lui promets finalement que ce soir, pas de problème, on se baignera. C’est vrai qu’il est fier de sa piscine et qu’il n’y a pas beaucoup de petites pensions de famille qui disposent d’un tel équipement (voir photo).

Nous voilà partis pour Tarnów, puisque le départ de l’itinéraire se fait de cette ville. Direction Wiśniowa-Dobczyce. En route mon épouse me dit : « T’as dit au papi que tu allais te baigner ce soir… mais t’as pas pris ton maillot de bain ! Eh m…e va falloir trouver un sklep pour acheter un maillot de bain ! À Dobczyce on prend la 967 vers Gdów, nous rejoignons la route E40 juste avant Bochnia puis Brzesko et nous voilà à Tarnów.

Du contournement de Tarnów nous prenons la direction de Skrzyszów où nous attend une église en bois de la première moitié du XVIe siècle, une ossature en bois couverte de bardeaux, riche mobilier du XVe-XIXe. Malheureusement l’église est fermée. Bon, personne autour pour nous renseigner, tant pis nous repartons direction Tuchów.
Peu avant d’arriver à Tuchów la circulation est perturbée, devant nous une longue colonne de voitures avance au pas… Vingt minutes plus tard nous arrivons à l’église et on me demande si je cherche un parking. Nous arrivons en plein « Odpust » (la fête paroissiale) organisée par la paroisse ! (ici ça dure 9 jours !!!) Que de monde ! Chaque habitant en bordure de route qui dispose d’un pré en profite pour proposer une place de parking… payante bien sûr !
Chacun se débrouille comme il peut pour améliorer l’ordinaire. Bon ce n’était pas trop un but de visite, mais en regardant de côté, quelque chose d’insolite me saute aux yeux, des véhicules de pompiers, la plus grande concentration de véhicules que je n’avais jamais vue !!! Je n’ai pas résisté à faire des photos.

Après un petit tour à la kermesse nous quittons Tuchów pour Gromnik par la route 977.
La petite ville de Gromnik a une superficie de 1 193 ha et 3 285 habitants. Elle est située le long de la rivière « Biała » (Blanche) et au croisement des routes 980 et 977 (la route 980 vient de Czchów par Zakliczyn et la route 977 vient de Tarnów par Tuchów), elle est également située entre le Ciężkowicko-Roznowski park krajobrazowy et le park krajobrazowy Pasma Brzanki à la lisière des « Górze Ciężkowickie ».

La principale curiosité est son église en bois qui fait partie du « Szlak Architektury Drewnianej » (itinéraire de l’architecture en bois), itinéraire que nous allons croiser plusieurs fois au cours de nos sorties.
L’Église auxiliaire de St Martin l’Évêque de la 1re moitié du XVIIIe siècle a une nef, construction à colombe, lambrissée et couverte de bardeaux ; l’équipement de la 2e moitié du XVIIe siècle. Une tour octogonale originale aux murs contractants vers le haut, “plantés” dans la partie basse du sous-sol. L’intérieur couvert de voûtes en berceau apparent décorées de polychromie du XIXe siècle. Un bas-relief de St Martin à Cheval du XVIIIe siècle situé au glacis du portail derrière la tour. La poutre de gloire appuyée contre les colonnes adossées aux chapiteaux couverts de masques. L’entrée fermée d’une porte du XVIIIe siècle. L’équipement du sanctuaire : – un retable principal en style baroque tardif avec le tableau de St Martin de 1720-1730 env. – des retables latéraux des XVIIIe et XIXe siècles – des fonts baptismaux en bois du XVIIe siècle – une chaire, des bancs ; des confessionnaux, des stalles en style baroque tardif, un orgue, les stations du chemin de croix – une sculpture de Jésus ressuscité – un crucifix du XV-XVIe siècle en style gothique tardif placé sur la poutre de gloire.

Nous avons pu visiter cette église grâce à la gentillesse des ouvriers qui en assuraient la réfection et qui nous ont permis d’entrer dans le sanctuaire (moyennant ce qu’il faut pour se débarrasser de la poussière tenace dans la gorge !!!).
Nous prenons la direction de Ciężkowice, en suivant la vallée de la Biała. Dans cette petite ville le centre du village a une particularité : son rynek. En effet le caractère traditionnel de l’architecture à portiques est représenté par les bâtiments qui entourent la place centrale de Ciężkowice, visible malgré les changements de l’état initial des maisons.
Les édifices du XIXe siècle conservés le long de la place centrale. Ce sont des bâtiments en bois en général, au rez-de-chaussée, les façades tournées vers la place. Certains sont couverts de toitures en pavillon et accompagnés de portiques appuyés contre les poteaux. En 1348 au château royal du Wawel, à Cracovie, le roi Casimir le Grand octroie un privilège pour la fondation d’une ville, attribuant à Ciężkowice le statut de Ville Royale. La période de l’entre-deux guerres fait perdre à Ciężkowice son statut de ville ; elle l’a retrouvé le 28 février 1998.
Cette ville mérite vraiment qu’on s’y attarde.
Toute ces visites non prévues (Gromnik et Tuchów) font que lorsque nous quittons le rynek il est déjà 12 h 30. Il va falloir trouver un endroit pour déjeuner.
En prenant la direction de la ville pétrifiée nous trouvons le Zajazd Relax pour ceux que ça intéresse. Ce petit motel est tout neuf et sa salle de restaurant a l’air bien sympa.
Pendant le déjeuner nous décidons, vu le retard pris le matin, de continuer notre circuit le lendemain.
Nous irons encore à Skamieniałe miasto l’après-midi.

Vers 15 h nous arrivons à la réserve naturelle dénommée “Skamieniałe miasto » (la ville pétrifiée) située à environ 700 m au sud du centre de Ciężkowice, dans le nord-ouest des collines (365 m).
Les roches que l’on peut voir dans le parc sont en grès de Ciężkowickie, elles se sont formées il y a environ 30 millions d’années (Cénozoïque, l’âge de Dolno-eocenska). En 1948, a été créée une réserve naturelle d’une superficie de 15 ha. La durée du circuit est de 60 à 90 minutes.
Notre promenade à travers le “Skamieniałe Miasteczko” commence sur le parking situé le long de la route de Gorlice Tarnów, Nowy Sącz, Krynica. Les roches sont décrites dans l’ordre figurant sur le sentier. »

  • 01 Czarownica (la sorcière)
  • 02 Ratusz (hôtel de ville)
  • 03 Grunwald ( Piekło ) (l’enfer de Grundwald)
  • 04 Warownie (un Fort)
  • 05 Orzeł i Pieczarki (l’aigle et les champignons de Paris)
  • 06 Borsuk (le blaireau)
  • 07 Piramidy i Lisi Wąwóz (Pyramides et ravin du renard)
  • 08 Pustelnia (Chartreuse)
  • 09 Baszta Paderewskiego (Tour de Paderewski)
  • 10 Cyganka i Grzybek (Bohémienne et champignon)
  • 11 Skałka z krzyżem (roche et la croix)

Bon je ne vais pas vous dire que c’est une promenade de tout repos, ça monte quand même un peu, on nous a dit à l’entrée du circuit que nous en avions pour 1 h-1 h 30… ma foi peut-être au pas de charge, mais nous avec notre train de sénateur, nous avons mis environ 2 heures, surtout après le très bon déjeuner et un léger incident de parcours. Eh oui c’est comme chez nousm certains ont des besoins pressants et n’hésitent pas une minute pour le faire là où tout le monde passe et derrière il y a ceux qui ne regardent pas où ils mettent leurs pieds et en égoïstes n’en laissent pas pour les autres… alors pour nettoyer j’vous dis pas !!!! Bon il paraît que ça porte bonheur !!! Beurk ! Et puis il y a la Biała non loin pour nettoyer les pompes n’est-ce pas mesdames ? Mais revenons à notre promenade dans les collines, on s’aperçoit rapidement qu’une multitude de sentiers sillonnent la colline dans tous les sens, ce qui veut dire que les visiteurs n’ont pas suivi le sentier initial tracé au départ, balisé par un rectangle bleu et qui sert de fil conducteur pour passer d’un rocher à l’autre. Ce qui fait que l’on voit des gens circuler dans tout les sens, heureusement nous avons pris la précaution de nous munir d’un dépliant avec photos de tous les rochers et un tracé du circuit à suivre, sinon sur 15 hectares… Bonjour les dégâts pour s’y retrouver ! Sinon que dire de plus, que c’est super en été quand il fait chaud de se promener à l’ombre et au frais, que ce n’est pas toujours évident de reconnaître certaines formes (faut bien tourner autour pour avoir une bonne vue d’ensemble) et si vous êtes dans le coin et que vous aimez bien marcher, alors n’hésitez pas, c’est à voir !

(Les autres photographies sont à voir dans l’album photos de beskid)
Nous rejoignons l’entrée du park et profitons de nous asseoir à la buvette pour nous désaltérer. Comme je conduis, je me contente d’une Wysowianka alors que mon ami déguste une « Okocim Mocne » (je me rattraperai ce soir chez le dziadek avec une Tatra Jasne Pelne !). Et pour les femmes un coca !
À la table à côté est assis un monsieur d’un certain âge qui entame une conversation lorsqu’il a compris que nous venions de France. Il se lance dans une grande explication sur la première guerre mondiale, disant que le front passait par Ciężkowice, Luzna vers Gorlice (je consacrerai un article sur ce sujet prochainement). Pour les personnes intéressées voici un site qui parle de tous les cimetières du coin: http://www.cmentarze.gorlice.net.pl/. Il y a 400 cimetières de la première guerre mondiale dans cette région de Małopolska.

Voilà presque trois quarts d’heure que nous écoutons ce monsieur qui nous donne son prénom, Staszek, il est temps de prendre congé, nous nous permettons de le remercier en lui offrant une bière, ce qu’il accepte, mais il ne veut pas une « Okocim Mocne » mais une « Okocim Premium Pils ». Nous remercions encore chaleureusement ce monsieur pour toutes ses explications. Et puis les nanas …la Biała c’est tout droit… faut penser à nettoyer vos pompes ! Mais elles ont quand même du bol, le patron de la buvette voyant les efforts qu’elles fournissent pour nettoyer les chaussures dans l’herbe, leur apporte un grand seau d’eau et une grande brosse… À mon avis ce n’est pas la première fois que ça doit arriver, vu l’équipement du Taulier !
Nous rejoignons notre véhicule et prenons la direction de Wierzbanowa par Gromnik-Zakliczyn-Czchów-Lipnica Murowana- Łapanów-Gdów-Dobrzyce-Wiśniowa.
Nous arrivons vers 19 h 30 à la pension Anna, non sans nous être arrêtés à Wiśniowa pour acheter un maillot de bain. Ce soir au menu… des pierogi mmh !!! au fromage, à la ruskie (ceux que je préfère) et aux borówki czarne (myrtilles). Mais d’abord une bonne bière bien fraîche et ensuite un petit tour à la piscine, eau à 25°. Que ça fait du bien après cette longue journée d’être dans l’eau et d’admirer les « Beskid Wyspowy » !

Petit déjeuner copieux comme il se doit en Pologne, puis départ pour Bobowa où nous reprendrons notre circuit. Nous descendons sur la route n° 28 que nous rejoignons entre Mszana Dolna et Dobra, nous poursuivons vers Tymbark, Limanowa et  Nowy-Sącz ….Quelle merveille ces paysages des Gorce et des Beskid Sądecki c’est époustouflant !!! et avec un peu de chance les Tatry en fond de décor. Après Nowy-Sącz nous prenons la direction de Grybów toujours sur la route n° 28 et là le paysage n’a rien à envier au précédent, ce sont les Beskid Niski. On vante souvent les Tatry, mais les Beskid c’est superbe et on ne fait que les longer dans ce circuit. Plus tard nous allons les traverser et souvent au détour de la route nous allons avoir le souffle coupé par les paysages grandioses que nous découvrons ! Souvent je pense : « Mais pourquoi sont-ils partis ? Comment ont -ils pu quitter un tel pays ? » Bien sûr je connais la réponse mais je ne puis m’empêcher de me poser ces questions à chaque retour en Pologne !!!
Nous quittons Grybów en empruntant la route 981 par Stróże et nous arrivons à Bobowa
Ah ! Bobowa, Bobowa … J’ai cherché de l’essence je ne sais combien de fois dans cette petite ville, il est vrai qu’à une certaine époque c’était dans le coin la seule stacja Paliw mise à part celle de la ville de Gorlice. Bon, je ne me suis vraiment pas trop attardé dans ce village. On évoquait bien dans la famille les exactions commises par les nazis et les démolitions faites dans les maisons où « ils » cherchaient l’or caché par les Juifs dans les murs… c’est ce que racontaient les anciens.

À Bobowa il y a une synagogue donc premier objectif en arrivant à Bobowa, c’est de la visiter. En sortant de la voiture, une babcia de l’autre côté de la rue nous crie : « Si c’est la synagogue que vous cherchez, prenez à droite et c’est le coiffeur qui a les clés. – Dziękujemy bardzo babcia ! » et effectivement en prenant à droite à une cinquantaine de mètres environ un grand gaillard grisonnant tout sourire nous demande si nous voulons visiter la synagogue. Devant notre affirmation il ferme sa boutique (heureusement il n’avait pas de client) et nous dirige vers l’objet de notre visite. Voici donc un résumé des explications données par le coiffeur :
La synagogue de Bobowa, située près de la place du marché, dans l’alignement des anciens murs défensifs du village, est un des monuments les plus précieux de l’architecture sacrale juive en Pologne. La synagogue a été construite en 1756 et fortement endommagée par l’incendie de 1889 qui ravagea une partie du village. Elle fut immédiatement rénovée dans sa totalité et prit la forme qu’elle possède actuellement.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est vandalisée et pillée par les nazis qui s’en servent comme écurie pour leurs chevaux. À la fin de la guerre, elle reste pendant quelques années à l’abandon et se détériore. En 1993, la communauté juive de Krakow récupère le bâtiment de la synagogue pour mettre fin à son utilisation comme atelier. Les travaux de réparation commencent aussitôt. Le 1er juillet 2003, la synagogue est consacrée.
Le bâtiment de style baroque est construit en pierres selon un plan rectangulaire. Sur la partie ouest, une annexe en bois reposant sur quatre piliers avec une galerie ouverte a été ajoutée. Cette galerie qui possédait quelques ouvertures vers la salle principale était initialement réservée aux femmes. L’ensemble est recouvert d’un toit.
La salle principale de prières, de forme rectangulaire, fait environ 14 mètres par 12,5 mètres. Elle est couverte d’un plafond formant voûte, reposant sur quatre piliers entre lesquels se situe la Bimah en bois. Sur le mur est, le cadre richement orné entourant l’Arche sainte, date des années 1777-1778, et est un des mieux conservé de toute la région de la Petite-Pologne. Dans la partie centrale, entre deux colonnes autour desquelles s’enroulent des sarments de vigne, se situe un renfoncement qui sert de niche aux rouleaux de la Torah.
Au-dessus, sont peints deux Griffons symbolisant des “Chérubins” adorant les “Tables de la Loi” couronnées de l’inscription “Couronne de la Torah”. La peinture polychrome contient de nombreux motifs de plantes et d’animaux.
Très récemment, des fragments de peinture ont été découverts sur les autres murs.

Le coiffeur nous indique qu’il y a à Bobowa un cimetière juif. Nous le remercions chaleureusement pour son accueil et pour les explications qu’il nous a données sur la synagogue et le cimetière juif.
Mais à Bobowa il n’y a pas que les Juifs, la synagogue ou le cimetière juif. Bobowa est mondialement connue pour sa « Koronka klockowa » c’est-à-dire sa « dentelle avec klocki en bois ». D’ailleurs une citation dans un dépliant de la « Galeria koronek klockowych » indique que :

« Oj, żeby nie ta (Oh s’il n’y avait pas cette)
koronka klockowa, to by nikt nie wiedział ? (dentelle klockowa nul ne saurait)
gdzie nasza Bobowa » (ou est notre Bobowa)

C’est la seule localité en Pologne où l’on produit toujours des dentelles à cube (klockowe).

C’est dans la galerie de la dentelle située rue principale que sont exposées les réalisations de ces dames de Bobowa. Réalisations superbes ! D’ailleurs nous avons la chance de voir à l’œuvre deux jeunes femmes qui je dois dire n’ont pas été avares en explications mais ce n’est pas moi qui vous expliquerai comment il faut faire. Une tante de mon épouse qui habitait non loin de là nous a offert en 1977 des klocki et le coussin, mais pour s’en servir c’est autre chose !!! Au bout d’une demi-heure un autobus de touristes Tchèques s’arrête devant la galerie et avec tout ce monde dans les locaux il n’est plus possible d’avoir des explications personnalisées. Nous achetons quelques napperons et décorations de Noël en dentelle.

Nous quittons Bobowa pour nous diriger vers Szalowa. En route nous nous arrêtons pour admirer à Wilczyska son église en bois, église paroissiale de St Stanislas l’Évêque du XVIIe siècle, à une nef, construction à colombe, lambrissée et couverte de bardeaux ; l’équipement du XVIIe siècle en général. Toutes les parties de l’église couvertes de toitures séparées. Une clochette à lanterne couronnée d’un casque en pyramide s’élève au-dessus du toit du presbytère. L’intérieur couvert de voûtes plates aux segments obliques aux côtés. La baie de la poutre de gloire couronnée d’un arc en accolade. Le balcon de chœur avec une tablette d’appui à concaves et convexes. L’équipement : des fonts baptismaux en pierre de 1486, un retable principal du XVIIIe siècle avec un tableau St Stanislas l’Évêque.
Un retable latéral baroque de 1700 environ, un crucifix du XVIIIe siècle sur la poutre de gloire, des bancs baroques aux côtés et poitrinières sculptées, une chaire classique du XIXe siècle.
(Tous les renseignements et explications sont traduits à partir de dépliants que l’on trouve dans toutes les églises en bois le long du Szlak Architektury Drewnianej).

Nous sortons de Wilczyska en direction de Stróże où nous sommes déjà passés et nous prenons la direction de Polna et Szalowa. Là, pas de numéro de route. Sur la carte elle est blanche, c’est dire qu’elle est étroite et réserve parfois des surprises, mais bon quand on se promène au fin fond des Bieszczady ou dans les montagnes non loin de la frontière Slovaque on a l’habitude de trouver ce genre de route. Encore que celle-là elle est ma foi pas trop mauvaise, mais ne nous plaignons pas, dans les années 70 c’était bien pire ! Moi j’aime bien ce genre de route, où soudain un cheval déboule du pré voisin et s’arrête au milieu de la route en nous regardant, et on a l’impression qu’il nous souhaite la bienvenue !!! Mon Dieu quand je pense qu’il y en a qui râlent parce qu’il n’y a pas assez d’autoroutes ou de routes à 4 voies en Pologne ! Bon j’arrête de râler.

Voilà nous arrivons à Szalowa pour visiter une église en bois qui hélas n’a pas été choisie en 2001 pour faire partie du patrimoine mondial de l’humanité. Il s’agit de l’église de l’Archange-Michel (Szalowa).
Édifiée entre 1736 et 1756, l’église de la paroisse de Szalowa fut consacrée en 1756. L’intérieur fut achevé en 1782. Les vestibules de la façade sont des ajouts ultérieurs, de même que le vestibule proche de la sacristie. Cette église est différente des autres par sa forme architecturale, mais elle est construite selon les mêmes techniques. L’église comporte une nef et deux bas-côtés, et a la forme d’une basilique. Les aménagements intérieurs et le décor baroque-rococo polychrome extrêmement riches datent du XVIIIe siècle. La façade ouest possède deux tours s’élevant au-dessus des bas côtés, intégrées à la façade et surmontées de petites coupoles en forme d’oignon. Une clôture du XIXe siècle, associée à un clocher en maçonnerie, entoure le jardin de l’église.

Nous quittons Szalowa et nous nous dirigeons vers Luzna où nous quittons cette charmante petite route et où nous rejoignons la route 977. Nous prenons la direction de Moszczenica, Zagorzany, nous laissons Gorlice sur notre droite et retrouvons la route n° 28 en direction de Biecz. À quelques kilomètres de Biecz un panneau nous signale une «  restauracja » il est vrai qu’il est déjà 13 h et que ça gargouille sec dans les estomacs. Nous nous dirigeons vers Libusza vers la restauracja Mimoza (ce nom-là, ça fait pas très local !) http://www.mimoza.com.pl/
Après un copieux déjeuner nous reprenons la direction de Biecz que nous traversons (nous reviendrons sur Biecz, Gorlice lors d’un prochain circuit). À la sortie de Biecz nous tournons à gauche vers Binarowa sur la route 980.

ÉGLISES EN BOIS DU SUD DE LA PETITE POLOGNE

Les églises en bois choisies sont situées dans le Sud de la Pologne, dans une partie de la région historique de Petite Pologne. Elles font partie de la Voïvodie de Petite-Pologne (Małopolska) ou de la Voïvodie des Basses-Carpates (Podkarpackie). Les autorités ecclésiastiques, représentées par l’archidiocèse de Cracovie, celui de Przemysl ainsi que les diocèses de Rzeszów et de Tarnów, constituent une importante fraction de la structure administrative responsable de la protection de ces monuments historiques.
Aujourd’hui encore, de nombreuses églises en bois médiévales font partie du paysage de la province de la Petite Pologne. Elles prennent toutes part à “L’itinéraire de l’architecture en bois”, mais seules quelques-unes d’entre elles ont conservé toute leur authenticité, ce qui représente un phénomène unique à l’échelle mondiale.
En juin 2001, le gouvernement polonais a proposé la nomination de 9 églises des Carpates occidentales du Sud et du Sud-est de la Pologne au Comité du patrimoine mondial. Cependant, le Comité, tout en reconnaissant l’intérêt de l’héritage concerné, a à cette époque décidé d’attendre les résultats d’une étude comparative avant de procéder à leur nomination. Ainsi, seulement 6 des 9 églises initialement proposées ont été choisies comme représentantes d’un héritage culturel universel.
Selon les principes généraux concernant “Les critères précis pour l’inscription de biens culturels sur la Liste du patrimoine mondial”, ces 6 églises remplissent les exigences des critères 3 et 4, et elles font partie du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, depuis le 3 juillet 2003.

Les églises médiévales de la Petite Pologne inscrites sur la Liste du patrimoine mondial sont des exemples de premier choix de la survivance d’édifices sacrés en billots horizontaux, technique inconnue dans l’Ouest de l’Europe. Elles sont reconnues comme exceptionnelles tant pour leur exécution artistique et technique que pour le témoignage qu’elles offrent du prestige social et politique des familles nobles qui les ont fondées. Les six églises gothiques en bois d’œuvre sont des reliques sacrées de la construction traditionnelle médiévale. Elles sont l’emblème de l’époque historique qui les a vues naître. Par le fait de leur emplacement à la frontière du monde occidental et oriental, elles représentent symboliquement la conservation des fonctions liturgiques et rituelles de l’Église Catholique Romaine face aux influences idéologiques du centre et de l’est de l’Europe.

Nous allons visiter la première des six églises inscrites au patrimoine, les autres étant Lipnica Murowana, Dębno, Sękowa en Małopolska et Haczów et Blizne en Podkarpackie.
L’Archange Michel est aussi le patron de la deuxième église en bois la plus ancienne de Małopolska. On voit bien que le prince des anges a veillé de manière exceptionnelle à la gloire de son nom et s’acquitte très bien de ses obligations. L’église de Binarowa est un des plus vieux exemples de construction en billot, préservée dans sa forme historique. L’ornementation des murs intérieurs ainsi que les peintures sont parmi les plus riches exemples de l’art des monuments sacrés bâtis en bois. L’église se distingue par son exceptionnelle application de principes uniques d’iconographie, considérés autant d’un point de vue scientifique que didactique. De plus, sa valeur se manifeste au niveau artistique par l’entremise d’un grand nombre de sculptures gothiques des XIVe et XVe siècles et de bas-reliefs du XIVe siècle, entre autres la sculpture de la Vierge à l’Enfant du retable principal, sont placées devant des toiles baroques des années 50 du XVIIe siècle. De la même époque datent aussi les bancs richement sculptés, les confessionnaux, le fauteuil du prêtre, la chaire. Les rideaux de Carême du XVIIe siècle gardés dans le trésor de l’église ainsi que la cloche (1522) de la tour constituent un monument exceptionnellement rare, œuvres du genre les mieux conservées dans le sud de la Pologne.

Binarowa, un petit village situé dans la proximité de Biecz se prévaut de son église depuis environ l’an 1500. Construite avec des poutres de sapin odorant superposées, sans nefs latérales, elle est aussi un édifice orienté. Une haute tour a été élevée au dessus de l’entrée. Du côté sud on a bâti une annexe – un porche et une chapelle Anges Gardiens (une bonne protection n’est jamais de trop).
Nous avons passé deux journées merveilleuses dans cette partie de la Pologne que je croyais connaître, connaître parce que j’y suis venu une vingtaine de fois, eh bien non, même là où l’on passe tous les jours il y a des choses à découvrir. De plus pour quelqu’un comme moi subjugué par l’architecture en bois il y a de quoi faire 1500 km, 237 ensembles architecturaux à commencer par des églises, cerkiew, chapelles, clochers jusqu’aux greniers, chaumières et manoirs. Tout objet de l’itinéraire est noté et les chemins qui y mènent sont indiqués par plus de 600 poteaux guides. Et tout cela uniquement en Małopolska. Alors il est parfois bon de s’asseoir dans l’odeur du vieux bois à l’intérieur de ces édifices et de retrouver le silence et l’empreinte des siècles passés.

Ryszard