Aujourd’hui encore, de nombreuses églises en bois font parties du paysage de la province de la Petite Pologne (Malopolska ). Celle qui va nous intéresser est située dans le powiat bochenski ( powiat de Bochnia) Elle est située sur l’un des six tracés de l’Itinéraire de l’Architecture en bois (Szlak Architektury Drewnianej ), cet itinéraire d’une longueur totale de 1500 km, conduit à 232 ouvrages intéressants de l’architecture en bois, dont 123 églises catholiques, 39 cerkiew (église gréco-catholique), 25 ensembles de constructions caractéristiques des villages et des petites villes, 27 musées installés dans des constructions en bois, dont 9 parcs ethnographiques et 14 manoirs.

Lipnica Murowana , puisque c’est d’elle qu’il s’agit, fait partie avec 5 autres églises en bois du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, depuis le 3 juillet 2003. Selon les principes généraux concernant “Les critères précis pour l’inscription de biens culturels sur la Liste du patrimoine mondial”, ces six églises remplissent les exigences des critères 3 et 4

Critère 3 :
Les 6 églises gothiques en bois-d’œuvre sont des reliques sacrées de la construction traditionnelle médiévale. Elles sont l’emblème de l’époque historique qui les a vues naître. Par le fait de leur emplacement à la frontière du monde occidental et oriental, elles représentent symboliquement la conservation des fonctions liturgiques et rituelles de l’Église Catholique Romaine face aux influences idéologiques du centre et de l’Est de l’Europe.

Critère 4 :
Les églises médiévales de la Petite Pologne inscrites sur la Liste du patrimoine mondial sont des exemples de premier choix de la survivance d’édifices sacrés en billots horizontaux, technique inconnue dans l’Ouest de l’Europe. Elles sont reconnues comme exceptionnelles tant pour leur exécution artistique et technique que pour le témoigage

qu’elles offrent du prestige social et politique des familles nobles qui les ont fondées.

La tradition attribue la fondation de de l’église de St-Léonard au début de l’année 1141, érigée sur le site d’un ancien cimetière paien, et est considérée comme le monument sacré le plus âgé du territoire de Lipnica Murowana. Toutefois, l’église a été reconstruite avec le même nom sur les ruines de l’ancienne, à la fin du XVe siècle et malgré qu’elle ait perdu son sens original de premier symbole religieux du village, elle conserve son originalité. Depuis sa reconstruction, l’église, construite en billot de mélèze, sert principalement au service funèbre et en tant que cimetière. Elle n’a toutefois pas subi de modernisation depuis. De plus, l’église n’a presque pas été rénovée aux XVIe et XVIIe siècle, tout comme en 1711, 1837, 1910 et 1956, ou elle a été soumise à quelques travaux de conservation. Le monument a donc conservé sa valeur historique unique. Les installations de l’église sont très modestes, ce qui la distingue de plusieurs autres églises catholiques du genre. D’un autre côté, ce fait donne à son architecture sacrée toute sa vertu. Ce monument est tout à fait authentique, autant d’un point de vue scientifique qu’émotionnel.

Elle comporte une nef et un chœur, surmonté d’une toiture de bardeaux uniques. Les auvents des galeries extérieures et les murs au-dessus sont également couverts de bardeaux. Seul le mur ouest est bardé de planches. Le romantisme du lieu est dû au voisinage d’un chêne majestueux et de vieilles tombes. L’intérieur séduit par les fresques sur les murs et les plafonds. Les plus anciens sont ceux des plafonds du chœur (fin 15e s.) et de la nef (16e s.), réalisés au pochoir. Les murs du chœur représentent la Cène, le Jugement dernier et la Crucifixion. On remarque également des scènes de la Passion sur le mur nord de la nef et Le Décalogue décorant la clôture de la tribune d’orgue.
Jusqu’à peu, l’église abritait trois autels gothiques : le maître-autel de saint Léonard du début du 16e s, l’autel de l’Adoration de l’Enfant Jésus de la fin du 15e s. et l’autel de saint Nicolas daté vers 1525.Volés en 1992, ils ont, après avoir été retrouvés, déplacés au Musée diocésain de Tarnów et remplacés par des copies. Le reste du mobilier est de style baroque (chaire, tableaux, chandeliers).
L’objet le plus curieux est le positif de table, instrument rare daté du début du 17e s. Sous la nef se trouve la crypte de la famille Ledóchowski. Derrière l’autel, le Poteau de Swiatowid rappelle le passé païen.

 

Ryszard